Lexique

Aléa

Phénomène naturel dangereux défini par une intensité, un lieu et une durée.

Bassin versant

Le bassin versant correspond à l’ensemble d’un territoire drainé par un cours d’eau principal et ses affluents. Les limites d’un bassin versant, soit la ligne de partage des eaux, sont déterminées par la direction de l’écoulement des eaux à partir du plus haut sommet.

Bâchée

Dispositif de stockage permettant un déversement homogène des eaux usées dans les filtres.

Cépée

Ensemble de tiges d’une même souche.

Chablis

Arbre déraciné sous l’action de différents facteurs naturels : crue, vent, foudre, neige, vieillesse, pourriture...

Cours d’eau de deuxième catégorie

Rivière où l’espèce dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche).

Cours d’eau de première catégorie

Rivière où l’espèce dominante est constituée essentiellement de salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun).

Débardage

Opération forestière qui consiste à transporter des arbres abattus en berge vers un lieu de dépôt.

Il peut être mécanique (tracteur forestier...) ou par la traction animale (cheval...).

Débit

Volume d’eau qui traverse une section d’un cours d’eau par unité de temps. Le débit d’un cours d’eau est exprimé en m3/s.

Décanteur digesteur

Equipement qui assure la déconcentration des matières en suspension et la digestion de la matière organique.

Dégrilleur

Dispositif destiné à retenir les matières volumineuses (lingettes, plastiques…) présentes dans les eaux usées.

Eaux claires parasites

Eau parvenant dans le réseau d’égoût en provenance du sous-sol, des rivières, sources, fontaines, trop-pleins de réservoirs, toitures,... Elles sont qualifiées de parasites parce qu’elles n’ont pas leur place dans les égoûts.

Eaux usées

Les eaux usées comprennent les eaux domestiques (cuisine, lavage, toilette, matières fécales, urines, ...) et les eaux résiduaires industrielles et artisanales.

Embâcle

Accumulation de débris végétaux (branches, troncs, souches d’arbres...) obstruant le lit du cours d’eau ou des ouvrages hydrauliques (pont...).

Equivalent habitant

Unité de mesure de la pollution organique des eaux.

Equivalent-habitant (EH)

Unité de mesure de la pollution organique des eaux fondée sur une estimation des quantités moyennes de matières organiques rejetées chaque jour par un habitant.

Etiage

Période annuelle de très basses eaux.

Frayère

Lieu de reproduction des poissons, où les oeufs se développent et éclosent.

Hélophyte

Plante caractéristique des milieux humides puisqu’elles sont dites "semi-aquatique". Les racines se développent dans un sol gorgé d’eau, en revanche la tige et les feuilles sont aériennes.

Elles font la relation entre le milieu terrestre et le milieu aquatique.

Hydraulique

Désigne les propriétés de mouvement des masses d’eau.

Hydrologique

Désigne les différents phénomènes qui caractérisent la circulation de l’eau.

Hydromorphie

Traces de rouille laissées dans le sol, dues à un engorgement en eau de manière temporaire ou permanente.

Hygrophile

Végétation qui a besoin d’une quantité d’eau importante dans le sol pour se développer.

Mellifère

Les plantes mellifères produisent du nectar.

Phytoplancton

Ensemble des êtres de très petite taille en suspension dans l’eau, ici du plancton végétal.

Recépage

Couper un arbre afin d’obtenir de nouvelles pousses.

Renaturation

Intervention visant à réhabiliter un milieu plus ou moins artificialisé vers un état proche de son état naturel d’origine.

Restauration de la végétation

Première phase d’intervention relativement conséquente sur la ripisylve afin de redynamiser la végétation en variant les espèces et différenciant les classes d’âges.

Ripisylve

Le terme « ripisylve » vient du latin « Ripa » qui signifie rive et de « Sylva » qui signifie forêt.
La ripisylve est donc une forêt qui borde un cours d’eau ou un milieu humide.

Végétation envahissante

On appelle végétation envahissante, les espèces qui ont été introduite volontairement ou involontairement dans une région.

Ces végétaux proviennent souvent d’autres continents et concurrencent fortement les espèces indigènes. Il est, de plus, souvent difficile de les éliminer.

Un exemple de plante envahissante présente sur le bassin versant : la Renoué du Japon.

Végétation indigène

On appelle végétation indigène, les espèces qui sont naturellement présente dans un milieu naturel et donc adaptées à ce milieu.

La végétation indigène s’oppose à la végétation envahissante.

Un contrat de rivière, un enjeu pour tous

Syndicat des 3 rivières - Château de la Lombardière - BP 8 - 07430 DAVEZIEUX - Tel : 04.75.67.66.75 - Fax : 04.75.67.24.58 - email : contact@3rivieres.fr

Une création Visual-Link Libellule