Les actions sur l’eau

Gestion de la ressource

Plan de Gestion de la Ressource en Eau (PGRE), de quoi s’agit-il ?

Un Plan de Gestion de la Ressource en Eau est un outil de planification co-construit avec les acteurs de l’eau. Il doit permettre la mise en œuvre d’actions d’économies d’eau sur le territoire. C’est un projet de territoire et une démarche de partage équitable de la ressource en eau.

C’est également un outil d’anticipation et de prévision au vu des prélèvements actuels sur les ressources en eau et la prise en compte du changement climatique pour éviter des futurs conflits liés à l’usage de l’eau.

En savoir plus, regarder le film de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse « Ça chauffe, partageons l’eau ! »

Quels sont les acteurs et les usagers de l’eau ?

Les acteurs de l’eau sur le territoire sont :
- Les Services de l’Etat : Direction Départementale des Territoires, Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, Agence Régionale de Santé, Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt.
- L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse
- Les collectivités territoriales : Région, Départements, Etablissements Publics de Coopération Intercommunales, Communes, Syndicats mixtes, Schéma de Cohérence Territoriale…

Les usagers de l’eau sont :
- Les régies, syndicats d’eau potable et d’assainissement, les associations de consommateurs…
- Les industriels, les Chambres de Commerce et d’Industrie, les Chambres des Métiers et de l’Artisanat…
- Les agriculteurs représentés par les Chambres d’Agriculteurs, les Associations Syndicales Autorisées d’irrigation…
- L’Agence Française pour le Biodiversité, les Fédérations de pêche, les associations de pêche et de protection de la nature, le Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement, le Conservatoire d’Espaces Naturels, la Compagnie Nationale du Rhône…

Quel est le contexte de la ressource en eau sur le territoire du Syndicat des Trois Rivières ?

C’est un territoire en déséquilibre quantitatif !

Le territoire est soumis naturellement à des étiages sévères (peu de ressources souterraines, débit des cours d’eau directement liés aux précipitations), certains cours d’eau sont en assec l’été (Batalon, Torrenson et certains affluents de la Cance et de la Deûme aval).
Les prélèvements sur les ressources en eau aggravent donc la situation naturelle déjà difficile.
Les usages de l’eau sont souvent limités sur toute la période d’étiage par des arrêtés sécheresse.

Le Batalon - juillet 2015Deûme - septembre 2015
Cance - août 2017Ternay - août 2017

Le territoire a été identifié en situation de déséquilibre quantitatif en eau, depuis 2010, par le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Rhône Méditerranée Corse.
Suite à cet élément, une étude d’estimation des volumes maximums prélevables a été réalisée entre 2011 et 2016 sur le territoire.

* Volume prélevable : volume pouvant être prélevé pour les différents usages de l’eau tout en laissant un volume minimum pour la vie aquatique.

Les résultats de cette étude, dont la détermination des volumes prélevables, ont été validés par les services de l’Etat et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse. Les conclusions de cette validation ont également montré la nécessité d’élaborer un PGRE à l’échelle du territoire.

Etude de détermination des volumes maximum prélevables

Volume prélevable : volume qui peut être prélevé, tout en satisfaisant les besoins du milieu naturel. Il est calculé mensuellement, à l’échelle d’un cours d’eau ou d’une section de cours d’eau.

Ces dernières années, les arrêtés préfectoraux de limitation des usages de l’eau en situation de sécheresse se sont multipliés sur les départements de la Loire et de l’Ardèche. L’été 2015 en est un parfait exemple.
Conscient des déséquilibres existants sur son territoire, le Syndicat des Trois Rivières, avec l’appui de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, a décidé de lancer une étude de détermination des volumes maximum prélevables.

A quoi sert cette étude ?
L’objectif de l’étude est de concilier les prélèvements d’eau nécessaire à la satisfaction des différents usages (eau potable, agriculture, industries…) sans compromettre les besoins du milieu naturel.
Sur le territoire du Syndicat des Trois Rivières, les prélèvements ne constituent pas la principale pression sur la quantité d’eau présente dans les cours d’eau. En effet, les rivières du bassin d’Annonay et du Pilat rhodanien sont naturellement sensibles au manque d’eau. Cela s’explique à la fois par la nature du climat, sous influence méditerranéenne, et par la nature du sous-sol, qui ne peut stocker de grande quantité d’eau.
Le régime hydrologique des cours d’eau est donc naturellement très contraint.

Pour éviter toute dégradation supplémentaire sur le milieu naturel, les volumes prélevables proposés par l’étude sont quasiment égaux aux prélèvements actuels en raison des débits naturellement très bas (gel des prélèvements).
Sur certains cours d’eau : la Valencize, la Deûme aval, le Ternay, le Batalon et le Limony, l’étude conclue a un objectif de réductions des prélèvements actuels.

Un contrat de rivière, un enjeu pour tous

Syndicat des 3 rivières - Château de la Lombardière - BP 8 - 07430 DAVEZIEUX - Tel : 04.75.67.66.75 - Fax : 04.75.67.24.58 - email : contact@3rivieres.fr

Une création Visual-Link Libellule